Le cycle de vie d'un poêle-cheminée Tulikivi: des dizaines d’années

Un an peut suffire à compenser les émissions carboniques de la fabrication d’un poêle

Les résultats des calculs de l’empreinte carbone d’un poêle-cheminée Tulikivi ont surpris positivement la société. Ils démontrent que lorsque le consommateur utilise son poêle Tulikivi, une année peut suffire à compenser l’empreinte carbone liée à la fabrication de ce dernier, selon le produit et l’assiduité avec laquelle il est utilisé. Ce calcul a permis à l’entreprise de mettre en évidence un potentiel d'économies à réaliser dans les activités d’achat et dans les transports, qui représentent une partie considérable de l'empreinte carbone de Tulikivi.

Utiliser un poêle-cheminée Tulikivi est une B.A. écologique. Une utilisation comme forme de chauffage remplaçant l’électricité réduit les émissions de CO2. La compensation de l’empreinte carbone découlant de la fabrication du poêle-cheminée intervient en utilisant ce dernier. En Europe continentale, cette compensation peut ne nécessiter qu’un an ou environ 130 à 200 utilisations, selon le modèle et l’assiduité de l’utilisation *. La compensation s’effectue très rapidement, car les poêles-cheminées Tulikivi ont un cycle de vie s’étendant sur des dizaines d’années. La différence par rapport à une voiture est par exemple considérable, car les émissions intervenant lors de l’utilisation de la voiture réduisent à néant la possibilité de neutraliser l’empreinte carbone ré-sultant de sa construction. Même à la fin de son cycle de vie, les composants et les matériaux du poêle-cheminée seront recyclables.

Sur la base des résultats du calcul de l’empreinte carbone, le plus gros poste (53 %) de l’empreinte carbone d’un poêle Tulikivi est constitué par les transports, qui incluent l’acheminement des poêles chez le client et les déplacements liés à son installation. Les achats de matières premières des composants achetés à nos partenaires et la fabrication de ces compo-sants constituent le second poste par la taille (27 %). Les processus internes à Tulikivi arrivent en troisième position avec une part de 15 pour cent : ils incluent notamment l’extraction de la stéa-tite et la fabrication des produits.

« Le calcul de l’empreinte carbone va aussi être bénéfique financièrement à notre entreprise. Les questions environnementales sont bien gérées dans notre production, mais le calcul a mis en évi-dence dans les achats et la logistique des postes sur lesquels nous allons pouvoir réaliser des éco-nomies tangibles tout en continuant de réduire l’empreinte carbone », explique le directeur général de Tulikivi Oyj Heikki Vauhkonen.

Le calcul de l’empreinte carbone a été réalisé par des spécialistes de Tulikivi, Heli Kasurinen, dipl. de 3e cycle en sciences humaines, responsable de la qualité et de l’environnement et Jari Sutinen, Dr en technologie, responsable du développement produits, en coopération avec Tuula Pohjola, Dr en technologie (Crnet Oy) et en recourant à des principes de calcul documentés (norme britan-nique PAS 2050).

Tulikivi est sans doute la première entreprise au monde dans le secteur des poêles-cheminées à avoir calculé l’empreinte carbone de ses produits. Tulikivi continuera de calculer son empreinte carbone chaque année et élargira ce calcul à ses autres familles de produits. L’entreprise attend aussi de ses partenaires qu’ils rationalisent leurs activités environnementales.

* Exemple : Une famille d’Europe continentale fait chauffer dans sa maison individuelle environ 150 fois par an un poêle-cheminée Valkia pesant 1440 kg. Si le chauffage au bois remplace le chauffage électrique, cette famille compensera l’empreinte carbone résultant de la fabrication du Valkia lors de la première saison de chauffage.