Le bois

Le bois est un combustible écologique, surtout utilisé dans votre Tulikivi

La quantité de CO₂ dégagée lors de la combustion du bois dans votre Tulikivi correspond à celle dégagée par le bois s'il se décomposait naturellement en forêt. Cette quantité de CO₂ correspond à celle qui a été extraite de l'air pour la photosynthèse au cours de la croissance de l’arbre. Un équilibre est de la sorte obtenu. Le bilan théorique sur le CO₂ produit est donc neutre.

De plus l’utilisation du bois-énergie contribue à l’entretien de la forêt et du paysage. La valorisation énergétique des déchets forestiers permet d’améliorer l’état sanitaire des forêts.

En collectant les rémanents, la valorisation énergétique des déchets forestiers évite le développement et la propagation des parasites et des maladies.

Elle permet également l'entretien du paysage et la diversification des activités des opérateurs ruraux. Cet encouragement a des travaux sylvicoles contribue à l'amélioration la qualité des bois d'avenir et donc à l'enrichissement du capital forestier.
L'utilisation du bois-énergie permet également de valoriser les sous-produits et déchets de la filière "bois" en combustible.

Ceci est d'autant plus vrai pour Tulikivi car toutes les essences de bois conviennent pour un Tulikivi. Le principal est d'avoir un bois sec... Pour obtenir des températures élevées dans le four, les bûches seront finement fendues afin d'obtenir un feu vif. 

Comment obtenir un bois sec et de qualité?

1. Fendre le bois

L'écorce du bois est comme un imperméable, elle protège le bois contre les intempéries. Si le bois n'est pas fendu, l'eau contenue à l’intérieur du bois ne peut pas s’évaporer. De ce fait même après 3 ans de séchage un bois non fendu ne sera toujours pas sec ! Plus le bois sera fendu, et plus il sera de petite dimension (20 à 33 cm) plus il séchera vite, car l’eau pourra s’évaporer rapidement.

2. Le séchage et le stockage

Le bois ne séchera que si il est bien ventilé (par exemple le mettre sur une palette pour éviter un contact direct avec le sol et permettre la circulation de l’air), et sous abris. Le stockage sous un appentis est idéal (voir schémas). Le temps de séchage varie selon l’essence, le façonnage, le climat et les conditions de stockage. Un bois bien fendu, en 25 ou 33 cm et stocké dans les conditions idéales pourra être sec (teneur en eau inférieure à 20%) en moins d’un an. Par contre des rondins de 50cm, mettront plusieurs années pour atteindre ce taux d’humidité et le cœur de la bûche sera toujours trop humide ! Il serait donc sage d’avoir toujours une année d’avance de combustible afin de disposer de bois sec. Attention un bois sec entreposé dans une cave ou un garage, se comportera comme une éponge et reprendra de l’humidité.

Il existe des solutions très faciles à mettre en place pour stocker du bois dans un espace réduit et dans les meilleures conditions:

  • Eviter une ventilation mauvaise du bois, voire nulle.
  • Un rangement "tout de long", bûches rangées côte à côte, ne permet pas une bonne ventilation du bois, tout au contraire.
  • Idéalement, un toit rigide en pente, avec le côte pluie protégé, une bonne disposition des bûches, bien protégées et bien aérées donnera le meilleur résultat de séchage.

Une quantité adéquate de bois garantit un bon fonctionnement:

Il faut compter environ 1% du poids du poêle pour le charger au maximum. C'est-à-dire un poêle de 1 tonne aura besoin de 8 à 10 kg au maximum. Si vous brûlez plus vous n’augmenter pas la chaleur de la pièce, car la pierre, comme une éponge pleine, ne peut plus accumuler. De plus vous risquez d’endommager votre appareil …

Charger trop le foyer n’apporte rien car si le feu est trop intense, la vitesse des fumées est trop grande et la pierre n’a pas le temps d’absorber la chaleur. Ainsi si vous devez brûler 12kg de bois au total, vous obtiendrez de bien meilleurs résultats de chauffe en brûlant 3 charges de 4kg plutôt que 2 charges de 6 kg.

La quantité de bois par saison dépend de beaucoup de facteur : la dépense énergétique de la maison, et bien sûr la taille du poêle. La moyenne des utilisateurs Tulikivi en France se situe entre 4 et 10 stères par an. 

La meilleure essence pour Tulikivi: C'est le bois le moins cher!

Toutes les espèces de bois conviennent pour un Tulikivi ! Le bois doit être fendu est sec, c’est la seule chose indispensable. En effet grâce à la combustion complète, les résineux sont brûlés en toute sécurité dans un Tulikivi. Ainsi il possible de brûler des palettes (non traitées), des chutes de scieries. Ainsi certains de nos clients se chauffent pour moins de 100 € par an!

Pouvoir calorifique par kg

Bois Puissance calorifique
(in kWh/kg)
Puissance calorifique
(in kWh/m³, 20% humidité)
Pin 5,3 1,7
Sapin 5,2 1,5
Bouleau 5,3 1,9
Aulne 5,2 1,4
Tremble 5,1 1,3
Chêne 5,1 2,1
Hêtre 5,3 2,1

 

Poids moyen de 1 m³ (1 stère) de bois sec (20% d'humidité)

Feuillus durs (hêtre, chêne, charme, frêne, orme) 350 - 500 kg/m³
Feuillus tendres (saule, peuplier) 250 - 350 kg/m³
Résineux (pin, mélèze, épicéa, sapin) 250 - 400 kg/m³

 

La manutention et les contraintes : Réduites à l'extrême avec Tulikivi!

Le chauffage au bois n’a pas forcément bonne réputation en ce domaine. En effet les foyers et poêles classiques ont des consommations de bois importantes, doivent être en fonctionnement continu afin d’avoir une chaleur constante. Un appareil qui a 50% de rendement (ce qui est déjà élevé si l’appareil fonctionne au ralenti) gaspille la moitié du bois. De plus l’approvisionnement en bois doit être régulier et contraint à une présence régulière afin de recharger l’appareil. Avec Tulikivi vous ne faites qu’un feu (le soir par exemple), et ensuite l’appareil reste chaud sans feu pendant 24 heures, ainsi vous être libre la journée. Les rendements de Tulikivi sont supérieurs à 80% ainsi les quantités de bois sont réduites et vous ne transportez pas du bois pour rien.

Le Goudron et les feux de conduits: Inconnus chez nous!

Le goudron dans les appareils à bois et les conduits sont dus à 2 principales raisons : l’utilisation de bois humide et/ou une combustion incomplète (par exemple, la nuit quand les appareils fonctionnent au ralenti avec une arrivée réduite). Petit à petit le conduit s’encrasse et lorsqu’une flambée vive est de nouveau faite, le goudron peut s’enflammer dans le conduit (feu de cheminée).

Avec Tulikivi la combustion est propre et complète et de ce fait le conduit reste propre et le risque de feu de conduit se trouve anéantie. D’autant plus qu’un Tulikivi ne fonctionne jamais au ralenti puisqu’il n’y a pas besoin d’avoir du feu la nuit pour avoir chaud le matin!

Le rendement et les émissions: Tulikivi champion!

Avec plus de 80% de rendement, en conditions réelles d’utilisation, Tulikivi vous garantit une utilisation maximum de l’énergie contenue dans le bois. En effet la norme des poêles à accumulation (EN 15250) teste les appareils sur leur durée de feu. Les poêles à bois classique sont testés eux selon la norme EN 13240 sur une période courte à plein régime. Lorsque ces appareils sont utilisés á bas régime les résultats sont totalement différents.

En ce qui concerne les émissions les poêles Tulikivi font partie des poêles les plus propres au monde, et les dernières innovations technologiques ont permis encore d’améliorer ces performances notamment au niveau des poussières. De plus un poêle à accumulation Tulikivi ne brûle que 2à 4 heures par jour, cela veut dire que 20 heures par jour les rejets sont inexistants.

Le coût réel et l'entretien: Un investissement rentable!

En achetant un Tulikivi vous investissez dans une valeur sûre. Grâce aux économies d’énergie réalisées, votre Tulikivi sera amorti en moyenne entre 3 et 10 ans. En effet dans un Tulikivi il est possible d’utiliser tout type de bois sec (même des résineux) et donc souvent moins cher à l’achat. De nombreux propriétaires nous ont témoigné leur satisfaction, comme ce restaurateur qui a économisé 4000 litres de fioul par an après l’installation d’un Tulikivi dans sa salle de restaurant !

De plus l’entretien d’un Tulikivi est hyper simple : vidage des cendres une fois par semaine, une vitre toujours propre (un coup d’essuie de temps à temps suffit), nettoyage des canaux latéraux avec un aspirateurs deux fois par an (réalisable par vos soin avec un aspirateur ménager), et ramonage du conduit 2 fois par an selon la loi en vigueur en France. Rien à voir avec des coûts d’entretien d’une installation de chauffage central.


Brochure: Le bois